Le vice-secrétaire chargé des affaires des pèlerins, Pr `Abd-Ar-Rahmân An-Nafî`î a affirmé que le Ministère a procédé à l’augmentation de la capacité du programme du Hajj à bas coût qui touchera plus de 41.000 pèlerins, soit une hausse de plus de cent pour cent par rapport à l’année dernière, où le nombre de places était réservé à 17.000 pèlerins.

An-Nafî`î a ajouté que 53 emplacements ont été attribués aux pèlerins de l’intérieur qui relèvent du programme à bas coût et ce pour les différents organismes. Ainsi, les sociétés qui souhaitent participer au programme à bas coût pourront choisir les emplacements et la capacité qu’elles envisagent de proposer à leurs pèlerins. Il a, par ailleurs, affirmé que 150.000 pèlerins sont prévus pour le programme ordinaire du Hajj.

An-Nafî`î a précisé que le Ministère a veillé à éditer le guide des procédures des sociétés et des établissements des pèlerins de l’intérieur pour cette année à l’avance et en un temps record, afin que les camps soient distribués à temps. Les sociétés et les établissements auront ainsi la possibilité de se préparer pour servir les pèlerins. De leur part, les pèlerins pourront conclure à l’avance des contrats avec les sociétés et connaitre l’emplacement de leurs camps. C’est en fait la première fois dans l’histoire du Ministère que ce dernier achève ce procédé aussi à l’avance.

Le vice-secrétaire chargé des affaires des pèlerins a précisé que le Ministère n’a reçu d’aucun pays de demande de réduire les effectifs des pèlerins. Il a ajouté que l’information relayée par les médias disant que certains pays souhaiteraient réduire les effectifs de leurs pèlerins n’est pas vraie. Le procédé de réservation des emplacements pour les pèlerins de l’intérieur pour cette année a signalé que l’étape de réservation au profit du programme du Hajj à bas coût est destinée aux sociétés et établissements qui ont volontairement opté pour ce programme et qui s’engagent à offrir le service proposé aux prix fixés par le Ministère. En effet, ce programme s’adresse à la tranche des pèlerins de l’intérieur à faible revenu. L’article relatif au programme précise tous les éléments requis pour participer, notamment le procédé adopté pour la commercialisation et la conclusion des contrats avec les pèlerins qui souhaitent y adhérer. La Direction procèdera à l’attribution de ces emplacements immédiatement après la phase de la réservation selon les tranches d’effectifs.

Le procédé a révélé que lors de la phase de la réservation pour le programme du Hajj à bas coût, il n’est pas permis aux sociétés ayant conclu un contrat avec la Société Immobilière de Mina de prestation des services au niveau des tours situées aux vallées des monts du Lieu Sacré (Mich`ar) de participer à cette phase de quelque façon que ce soit. De même, il n’est pas possible d’attribuer plus d’un camp par établissement lors de cette phase. Il sera permis aux sociétés et aux établissements ayant obtenu des emplacements lors de la phase de réservation selon les tranches d’effectifs et qui souhaitent participer au programme du Hajj à bas coût d’entrer dans cette phase après qu’ils aient approuvé le type de service et les prix fixés, à condition que le Ministère dispose, dans le cadre des camps réservés pour cette phase, d’un camp ou plus qui conviendrait à l’effectif restant sur la base de l’effectif total qu’il est autorisé de servir en vertu de l’agrément. De plus, le Ministère continuera à appliquer la décision de réduire le classement des camps dont les services ne sont pas complets (cuisines, toilettes) à l’instar de ce qui a été fait lors de la saison du Hajj de l’année précédente. Le procédé a mis l’accent sur l’obligation des établissements participant au programme à bas coût de ne pas dépasser le prix de 5.000 riyals pour la catégorie A (1), le prix de 4.800 riyals pour la catégorie A (2), le prix de 4.400 pour la catégorie B, le prix de 4.150 pour la catégorie C, le prix de 3.600 pour la catégorie D (1), le prix de 3.100 pour la catégorie D (2) et le prix de 2.500 pour la dernière catégorie E.

Le mécanisme précise que parmi les conditions et les exigences requises pour l’obtention et l’exploitation de camps, il y a l’obligation de l’agréé de respecter plusieurs engagements dont la signature du procès-verbal de réception de la Caisse Générale des Investissements. Ceci relève des procédures réglementaires pour l’obtention du camp. De même, l’agréé devra s’adresser à l’Office de l’Electricité pour accomplir les procédures nécessaires à l’acheminement de l’électricité au camp. En outre, il doit respecter les règles de sûreté et de sécurité et les instructions de la Défense Civile, s’assurer du fonctionnement des extincteurs d’incendie avant l’obtention des camps de la part de la Caisse Générale des Investissements et mettre en place une garde réglementaire et continue au niveau des camps et des emplacements qui lui sont attribués. Il est à préciser que les gardes doivent porter un uniforme unique afin que leur identification soit facile et que la sécurité et la sûreté des pèlerins soient garanties. L’agréé doit également s’engager à respecter les instructions réglementaires émanant des entités officielles ainsi que les autres instructions relatives au mécanisme.

Le mécanisme a aussi prévu plusieurs normes pour la restauration des pèlerins notamment la conclusion de contrats avec les prestataires des services de restauration conformément aux règlements et aux critères en vigueur au Royaume. Ces prestataires doivent être agréés par la Direction Générale de la Santé et de l’Environnement au Secrétariat de la Capitale Sacrée dans les catégories A, B et C. Les contrats doivent se conformer au modèle unique de restauration des pèlerins. Chaque prestataire doit présenter une caution bancaire définitive et non conditionnée, irrévocable et non annulable. La caution doit également être encaissable sur simple demande au profit du Ministère du Hajj pour garantir la prestation effective du service et être à hauteur de 20% de la valeur du contrat. D’autres conditions sont également requises. S’agissant des instructions d’ordre sanitaire et préventif, le mécanisme a insisté sur l’obligation de conclure un contrat avec une équipe médicale spécialisée en épidémies (épidémiologie, santé générale, maladies contagieuses) à raison d’un médecin, homme et femme, d’un infirmier et d’une infirmière pour 1.000 pèlerins après homologation des contrats par la Direction de la Santé à La Mecque, en vertu de l’instruction du Ministre du Hajj. Enfin, deux tentes doivent être réservées aux services médicaux au camp, une pour les hommes et une autre pour les femmes. Les renseignements relatifs aux membres de l’équipe médicale doivent être saisis sur l’écran réservé aux renseignements sur les personnels de l’établissement.