Face aux nouvelles taxes de Hajj et de Omra imposées par le Conseil des Ministres Saoudien, la tension des musulmans en France et d’Europe monte.

L’ensemble du monde musulman, a appris, avec stupéfaction, la prise de décision émanant du Conseil des Ministres Saoudien qui s’est prononcé, le 08 août dernier à Jeddah, en faveur d’une augmentation significative des frais de visas pour le Hajj et la Omra. Selon la Saudi Press Agency, ces nouveaux tarifs de visas sont entrés en vigueur depuis le début du mois d’octobre dernier. Des frais d’établissement de visas selon plusieurs cas distincts, ceux concernant les pèlerinages, le grand et le petit, coûteront 2.000 riyals saoudiens [environ 500 euros] à chaque pèlerin qui supporte déjà des frais assez onéreux, le concernant lui et sa petite famille parfois.

Estimé au nombre de six millions de pèlerins chaque année, les musulmans qui comptent se rendre cette saison à la Mecque, ont du mal à comprendre le bienfondé de cette taxe exorbitante passée de 200 à 2.000 riyals saoudiens. Une hausse de 1000 % qui ne manque pas d’inquiéter les professionnels de voyage qui craignent un net recul de leurs ventes de billets hajj et omra.

Plusieurs pays ont déjà manifesté leur refus ferme quant à la signature de ces accords. Les voyagistes égyptiens, Irakiens, Jordaniens sont au nombre des professionnels qui boycottent, dès à présent et sans réserve, cette mesure. Les autres professionnels, du Maghreb par exemple, risquent de leur emboiter le pas prochainement.

Conscient de cette grande difficulté, « L’État se porte garant de cette taxe pour celui qui effectue pour la première fois le Hajj ou la Omra », a certes annoncé Saudi Press Agency. Mais est-ce suffisant ? Certainement pas.

Des voix s’élèvent çà et là, de plus en nombreuses et de plus en plus fortes. Des mouvements dénonçant ces taxes exorbitantes s’organisent un peu partout en France et des pétitions circulent déjà sur le net. Les musulmans de France et d’Europe sont dans l’attente d’une réponse officielle et définitive de la part des autorités saoudiennes sur place doivent leur apporter une réponse. Il faut engager un dialogue serein afin d’éviter que les esprits ne s’échauffent et que les musulmans de France et d’Europe ne dénoncent dans la rue, grondant fort leur mécontentement et leur incompréhension.

By | 2018-02-17T15:20:33+00:00 February 17th, 2018|Non classé|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment